Liebster Awards

A ma grande surprise, je suis nominée au Liebster awards ! Ça tombe bien, j’adore parler de moi, et j’adore en apprendre plus sur les autres :p Merci donc à la Bibliothécaireromantique !

Commençons sans attendre :

  1. J’ai commencé ce blog pour pouvoir garder un suivi de mes lectures préférées. Si je faisais les choses bien, je ferai un article sur toutes… mais ça fait beaucoup 😦
  2. Ce blog s’appelle Olympe pour mon amour sans borne pour Olympe de Gouge, vous aviez deviné non ?
  3. J’adore lire depuis que je suis petite (même si a l’époque, je préférais grignoter mes pages plutôt que de les tourner…)
  4. Mes parents se sont rencontré en travaillant en librairie, je suis quasi-sure que ça a changé mon ADN, d’où mon amour pour les mots 🙂
  5. Je suis capable de manger une tablette de chocolat fourrée, d’un coup, sans vomir
  6. Je déteste le chocolat mélanger avec les fruits…
  7. Je ne fume pas, ne bois pas d’alcool, ni de café… et je ne me drogue pas. Je suis plutôt sage :p
  8. Et j’ai des lunettes – Rat de bibliothèque bonjour
  9. Je viens du sud mais je travaille a Paris, ce que je déteste, il n’y a pas assez de soleil
  10.  J’ai au mois 6 marques pages différent, de celui en fer à celui magnétique
  11. Je suis très engagée, politiquement et socialement 🙂

 

Les 11 question auxquelles je dois répondre… C’est parti !

Quelles sont tes passions ?

La lecture évidemment tient une bonne place 🙂 Mais j’adore également les voyages et les langues !

Fais tu des collections étranges ?

J’ai eu une collection de dauphins, plus jeune… mais depuis, rien ! Je ne jette rien par contre, du coup, je subis une invasion de tickets de cinéma, timbres….

Quel est ton livre dont tu ne pourrais pas te séparer ?

Pfiouuu… difficile ! L’un de mes livres préférés depuis que je suis toute petite, le Château de Hurle de Diana Wynne Jones (qui est l’inspiration de Hayao Myazaki pour le Château ambulant !) me suis partout que je le relise ou non. J’aurais beaucoup de mal a m’en séparer !

Quel est ta patisserie préférée ?

Le trianon, un magnifique gâteau au chocolat, délicieux et parfois difficile a trouver ! Je me console avec des éclaires au cafés ^^

Qu’emporte tu toujours en vacance ?

Des livres ! Et mon ordi et son chargeurs !

As tu un animal de compagnie ? Si non quel animal aimerais tu avoir ?

Ouip, un chat (en bon rat de bibliothèque) !

Quel est ton type de romans favoris ?

Je lis de tout, ou du moins j’essaie…. Mais j’aime beaucoup la SF/Fantasy 🙂

Quel est ton habit fétiche ?

Une petite robe année 50 Rockabilly à cerise que j’adore :p

Quel est ton excentricité ?

Je ne saurais pas répondre à ça… Je parle et ris très fort en bougeant beaucoup des mains ?

Est tu plutot casanier/e ou plutot tout le temps dehors ?

Plutôt casanière ^^ je n’aime pas trop les boites ou autres. Mais j’adore être dehors à me balader^^

Ton lieu de vacance révé ?

Prague, parce que je veux visiter cette ville depuis teeeellement longtemps !

Et mes 11 questions 🙂

Quels pays pour voyager/découvrir ?

Ton type de vacances favorites ?

Quel invention aimeriez vous inventer ?

Une qualité que vous appréciez chez les autres ?

Un livre à conseiller absolument ?

Un livre que vous avez détesté ?

Une recette à partager ?

Quelle personne (morte ou vivante) inviteriez vous a diner chez vous ?

Votre boisson favorite ?

Quel type de musique vous écoutez ?

Un animal fétiche ?

Et voila mes 11 nominés !

Phebusa

mademoiselle Mylene, de la cuisine !

Carnet sucrée, de la cuisine aussi ! (Je suis assez gourmande…)

Horizon des mots

Biloucha

Estelle simplement

La bouquineuse

Ibidouu

page après page

Dust of pastel

BoOk’inn Sofa

 

 

Publicités

La fille au revolver – Amy Stewart

« Constance Kopp n’entre dans aucun moule. Elle surpasse en taille la plupart des hommes, ne trouve aucun intérêt dans le mariage ou les affaires domestiques, et a été isolée du monde depuis qu’un secret de famille l’a reléguée, elle et ses deux sœurs, dans la clandestinité. Un jour, le propriétaire d’une fabrique de soie, belliqueux et puissant, renverse leur carrosse au volant de son automobile… Et ce qui n’aurait dû être qu’un banal litige se transforme en une bataille rangée avec une bande de voyous habitués au chantage et à l’intimidation. Mais elle pourra compter sur l’aide d’un shérif progressiste qui, dans l’Amérique puritaine de ce début de siècle, n’hésitera pas à lui confier un revolver et une étoile. »

America's First Female Sheriff Got Her Job After a Man Tried to Screw Her Over

Connstance Kopp et ses soeurs

Pan !Paf ! Boom ! Nous voila arrivés à Paterson, état de New-York, au début du 20ème siècle dans la voiture, encore tirée par des chevaux, de Constance Kopp et de ses deux sœurs, Norma, qui préfère ses pigeons aux hommes, et Fleurette, qui elle, préfère ses rubans avant tout. Mais voila, un accident est si vite arrivé…. et leur voiture se fait emboutir par Henry Kaufman, riche, et prétentieux, propriétaire d’une usine de teinture de soie.

Constance ne veut que se faire rembourser, après tout, elle est dans son bon droit, mais voila Kaufman renâcle, les menace… l’affaire devient vite dangereuse surtout pour les trois sœurs qui vivent seules dans une maison à la campagne. Et ce Mr Kaufman semble tremper dans des affaires dangereuses, qui s’accumulent…

Pour défendre sa famille, Constance va prendre les choses en mains et essayer de découvrir ce que cache ce malfaiteur, alors que tout le monde lui suggère de retourner dans son foyer et de se trouver un mari. Face au dédain des policiers, une bande d’incapable, elle décide alors que la meilleure chose à faire, s’est de s’en occuper seule.

Jusqu’au jour ou elle rencontre un shérif qui est prêt à l’aider, et pourquoi pas, prêt à lui donner sa chance…

En parallèle, on découvre aussi pourquoi ces trois jeunes femmes, originaires de Brooklyn, se sont exilées au fin fond de la campagne, dans une maison branlante. Amy Sewart révèle petit à petit le secret qu’elles tentent de cacher à leur entourage…

On a entre les mains un de ces romans qui dépotent, un petit coté western, des menaces, des revolvers…. et une femme qui ne se laisse pas faire ! De quoi nous embarquer dans la croisade de Constance Kopp contre une bande de malfrats ignobles, que l’on rêve tous de mettre derrière les barreaux.

Cela nous permet également d’effleurer, légèrement, la place de la femme dans la société, très puritaine, des années 20 en Amérique. Peu d’hommes, ou même de femmes, étaient prêt à l’aider, regardant avec mépris ses affaires !

Mais, le grand plus de ce roman, c’est qu’il nous permet de découvrir une figure historique, la première femme shérif tout de même, qui à longtemps était effacée des livres d’histoire. Amy Stewart elle-même confie à quel point il a été difficile de retrouver des information à propos de Constance Kopp (pas même une page wikipedia !). Ses recherches sont une véritable mine d’or, l’auteure a effectué un véritable travail de terrain, a rencontrer la famille restante des sœurs, s’est appuyée sur les journaux de l’époque, qui, avec leur dose de machisme, sont quand même à prendre avec des pincettes,

Afficher l'image d'origine

 

et à interrogé tout ceux qui voulaient bien lui répondre. La véritable découverte d’une femme forte et attachante !

Car on ne peut qu’apprécier Constance, son caractère de fer et son culot ainsi que son courage, mais aussi ses sœurs qui, sous la plume d’Amy Stewart, gagnent une vraie personnalité, des envies, des habitudes.

 

Un livre simple, sans prise de tête et efficace, parfait pour passer un bon moment !

Il est à noter que, en Amérique, Amy Stewart continue les aventures de Constance Kopp. Et ça, c’est une véritable bonne nouvelle !

Voici quelques liens pour vous faire plaisir 🙂

Par ici

Ou ici ! Pour quelques photos (certaines font référence a la suite de la série)

La fille au revolver

 

La fille au revolver

Amy Stewart

Éditeur 10/18

ISBN 9782264067920

Prix : 8,80e

Sauveur & Fils – Marie-Aude Murail

« Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90m pour 80kg de muscles, voudrait tirer d’affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s’évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit a World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois sœurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la maman vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…

Sauveur Saint-Yves est psychologie-clinicien.

Mais à toujours s’occuper des problèmes des autres, Sauveur a oublié le sien. Ne devrait-il pas protéger ce petit garçon, Lazare, 8 ans, qui est son fils, menacé par un secret ? »

 

Quand on a 8 ans et que son papa est psychologue, difficile de ne pas écouter aux portes ! C’est ce que fait Lazare tout les soirs dès qu’il rentre de l’école, sans faute. Sauveur lui, plongé qu’il est  dans la vie et les problèmes de ses patients, ne se rend compte de rien. Il ne se rend pas compte que l’enfant, le soir, tape « skarificassion » dans la barre de recherche Google après avoir entendu son père en parler à ses patients. Il ne se rend pas non plus compte que la nounou de Lazare est raciste, ou que la mère du meilleur ami de son fils le regarde avec les yeux en cœurs…

Sauveur, à vrai dire, ne se rend pas compte de grand chose quand il ne s’agit pas de ses patients. Mais avec eux, il a un œil de lynx et un cœur en or. Et il veut faire de son mieux. Quitte à ne pas se rendre compte que son fils se débrouille, seul, face à des menaces très personnelles…

On se retrouve avec, entre les mains, un livre simple mais très intelligent. C’est l’occasion, à travers une galerie de personnage vaste et travaillée, de parler de sujets qui parfois fâchent. De folie, de pervers narcissique, de pédophilie… Rien ne nous est épargné. Mais Marie-Aude Murail sait manier les mots, et s’adresser aux enfants, sans stigmatiser, dramatiser ou dénaturer les émotions humaines.

     Parce qu’on ne sauve pas les gens d’eux-même Lazare. On peut les aimer, les accompagner, les encourager, les soutenir. Mais chacun se sauve soi-même, s’il le veut, s’il le peut. Tu peux aider les autres Lazare. Mais tu n’est pas tout puissant.

p311

Mais c’est avant tout de racisme, de la relation père/fils, de son attachement aux racines que Marie Aude Murail évoque dans son livre, et elle l’évoque très bien.

La famille St-Yves, martiniquaise et ancienne famille d’esclave, à une histoire compliquée. Surtout quand Sauveur s’est marié à une fille de békés, ces anciens propriétaire terriens blancs…. Une histoire qui, en filigrane, va influencer et expliquer les gestes et intentions des personnages. On suit, page par page, la réconciliation de Sauveur avec des origines qu’il a longtemps nié.

C’est aussi le récit de parents et d’enfants, des conflits qui les opposent, qui les réunissent et qui les lient. L’enfant, l’ado, est au cœur de ces lignes et c’est son histoire que l’on entend. Des enfants parfois terrorisés par le monde adulte, rempli de mensonges, de faux semblants et douloureux, et qui n’arrivent pas à s’exprimer ou se faire comprendre. La aussi, Marie-Aude Murail arrive à cristalliser, avec douceur, toutes ces émotions.

On passe parfois un peu vite sur les personnages, leurs psychologies, leurs envies… parfois peu fouillés alors qu’ils sont tous terriblement attachants. Le livre, et ses personnages,  auraient peut-être mérités un peu plus… L’histoire d’amour, quoique mignonne, tombe aussi un peu comme un cheveu sur la soupe malheureusement. De trop, ou pas assez exploitée, c’est à voir !

J’aurais également aimé voir un peu plus de l’histoire de Sauveur, de son attachement à sa culture et ses ancêtre, une partie qui n’intervient que très tard dans le livre et qui nous laisse un peu sur notre faim.

Mais, au delà de ces quelques points noirs,  un livre attachant, intelligent et positif qui touche des sujets graves de manière humaine et saine. Je n’ai pas pu m’en détacher, remplie d’amour pour Sauveur et son adorable Lazare qui nous font nous poser les bonnes questions.

A dévorer !

« Je suis né dans une ile amoureuse du vent

Où l’air a des senteurs de sucre et de vanille

Et que berce au soleil du Tropique mouvant

Le flot tiède et bleu de la mer des Antilles »

Daniel Thaly

Sauveur et fils

Sauveur & fils

Auteur : Marie-Aude Murail

Éditeur : L’école des loisirs

ISBN : 9782211228336

 

 

 

« La femme a le droit de monter à l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune. »

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  Olympe de Gouges

     Peu connaissent l’œuvre d’Olympe de Gouges, femme de lettres, femme de la révolution, femme engagée, et pourtant, il y a à dire !
Comme vous avez pu le voir, ce blog s’appelle La librairie d’Olympe. Ce n’est pas un hasard pour tout vous avouer… J’ai donc choisis, comme premier article, une œuvre narrant l’histoire de cette femme, pionnière du féminisme. Un peu ma manière de la célébrer après toutes ces années…
Afficher l'image d'origine

Olympe de Gouges, dans tout sa splendeur et perruque grise

     Née en 1748 à Montauban, d’une petite famille de boucher quasi-illettrée, marié à 16 ans à un homme qu’elle n’aime pas, mère et veuve à 18… elle monte à Paris, ville en pleine ébullition et sur le bord de l’implosion (ce qui arrivera dès 1789) bien décidée à faire sa place dans le monde littéraire et politique des révolutionnaires.
     Elle est notamment connue pour avoir rédigé la Déclaration des droits de la Femme et de la Citoyenne après s’être rendue compte, avec horreur, que l’actuelle Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen occultait totalement son sexe ! Elle revendiqua le divorce, contre le mariage religieux (elle militait pour un contrat d’union civile) et fut la première femme à faire partie de la Société des Amis des Noirs, luttant contre le racisme. Ridiculisée car jolie, à l’accent occitan prononcé et d’une éducation sommaire principalement didactique, elle s’est longtemps battue pour se faire prendre au sérieux par ses détracteurs, très souvent masculins. On note son culot, son écriture parlé (elle utilisait un secrétaire à qui elle dictait, très spontanément, ses textes) et malgré tout, son intelligence vive et sa pertinence.
Afficher l'image d'origine

Olympe sous la plume de Catel

     Et voila qu’en 2012, Catel et Bocquet ( respectivement au dessin et au scénario) publient chez Casterman une biographie de cette grande dame sous format BD. 488p  en noir et blanc, au dessin léché. De sa naissance, à ses combats, jusqu’à sa fin sous la guillotine de Robespierre, on suit le destin de cette femme extraordinaire. Le dessin est appliqué, détaillé, simple et beau, déliés de noir sur la page blanche, soignés, qui font définitivement penser à une œuvre à l’encre de chine.
     Et sur ces dessins, les textes de Bocquet s’impriment. Écrivain, biographe et journaliste, il nous raconte l’histoire d’Olympes de Gouges en termes simples et complets. Le texte n’empiète pas sur le dessin, et c’est agréable. Je ne sais pas pour vous, mais j’ai toujours eu du mal avec les gros blocs d’écrits qui se mettent sur le dessin, surtout si ce dernier est beau.
     L’histoire est romancé, mais la rigueur historique est bien présente, on retrouve au fil des pages des têtes connues, comme Voltaire, Robespierre, Charlotte Corday, Théroigne de Méricourt….
A la mi-septembre 1791, Olympe de Gouges, adresse à la reine Marie-Antoinette sa Déclaration des droits des droits de la femme et de la citoyenne.

Tout le monde n’étaient pas d’accord…

     On trouve également à la fin de la BD une biographie complète d’Olympe de Gouges ainsi qu’une galerie de portraits de personnages célèbres que l’on croise tout au long de la vie d’Olympe. Assez pour nous permettre de suivre l’histoire (qui se passe à une période de bouillonnement intellectuel particulièrement intense) sans être engloutie par un flot d’information.
     C’est donc un BD inspirante, bien dessinée, bien écrite.. bref, un plaisir à lire ! Olympe de Gouges y retrouve sa gloire légitime,  une gloire malheureusement souvent effacée par l’histoire.
     Voila pour ce premier article. J’espère vous avez fait découvrir une BD, une femme, qui va vous toucher comme elle m’a touché.
   J’essaierai de publier toute les semaines, le jeudi. Roman, BD, Jeunesse…. Vous aurez de tout !
     Vous êtes  prêts non ? 😀
Olympe de Gouges
Olympe de Gouges

Scénario : José-Louis Bocquet

Dessin : Catel

Éditeur : Casterman Écriture

488 pages – 17.4 x 24.2 cm

ISBN : 9782203031777